Juridique & social

Accueil > Possibilité d’imposer des congés payés selon des délais de prévenance dérogatoires

Possibilité d’imposer des congés payés selon des délais de prévenance dérogatoires

Entrée en vigueur, au 24 avril,  de l’accord national du 3 avril 2020 portant sur les modalités d’organisation du travail pour faire face à l’épidémie de Covid-19.

Pour mémoire, l’accord national du 3 avril 2020 portant sur les modalités d’organisation du travail pour faire face à l’épidémie de covid-19 a été signé le 6 avril 2020 par trois organisations syndicales de la Métallurgie, CFDT, CFE-CGC et FO.

Suite à son dépôt, l’accord national du 3 avril est applicable depuis le 24 avril 2020.

Six jours ouvrables de congés payés au total peuvent donc être fixés ou modifiés unilatéralement par l’employeur dans les conditions dérogatoires prévues par ledit accord.

L’accord national précise que l’employeur doit fixer la prise de congés payés selon l’ordre de priorité suivant :

– d’abord les congés payés acquis au cours de la période d’acquisition précédente ;

– puis les congés conventionnels acquis, comme par exemple les congés d’ancienneté ;

– et enfin les congés payés acquis au cours de la dernière période d’acquisition, ce qui peut conduire à une prise de congés payés par anticipation.

Par ailleurs, il résulte de l’accord que les jours de congés que l’employeur peut unilatéralement modifier sont non seulement ceux qui ont été positionnés avant que l’état d’urgence sanitaire ait été déclaré, mais aussi tous ceux qui ont été positionnés pendant toute cette période, l’accord prévoyant que la fixation et la modification des dates de congés payés doivent se faire dans le respect d’un délai de prévenance, lequel est différent selon que l’on se situe en période de confinement ou hors période de confinement.

Le délai à respecter est d’au moins 2 jours ouvrés pendant la période de confinement et d’au moins 5 jours ouvrés en dehors de cette période de confinement, c’est-à-dire en principe à partir du 11 mai 2020.

Ce délai de 2 ou 5 jours ouvrés s’applique quelles que soient les modalités de prise des congés, que ce soit des congés pris par roulement ou par fermeture.

Les jours ouvrés correspondent aux jours d’ouverture de l’entreprise et non aux jours en principe travaillés par le salarié. Ainsi, dans une entreprise qui fonctionne du lundi au vendredi, il y a 5 jours ouvrés correspondant aux jours de travail de l’entreprise.

Le délai de prévenance retenu par l’accord s’exprime en jours ouvrés,

L’employeur n’est pas tenu de recueillir l’accord du salarié si la fixation ou la modification des dates de congés dans la limite de 6 jours ouvrables conduit à un fractionnement des jours de congés payés.

Concernant l’attribution de jours supplémentaires de fractionnement en cas de prise d’une partie du congé principal au-delà du 31 octobre, l’accord national de branche énonce que les règles concernant l’attribution de ces jours prévues par les dispositions légales et conventionnelles continuent de s’appliquer sans changement. Ainsi, s’agissant des jours supplémentaires pour fractionnement, continuent de s’appliquer les dispositions conventionnelles applicables à l’entreprise, lesquelles conduisent à attribuer ou non des jours supplémentaires pour fractionnement. A défaut de telles dispositions conventionnelles propres à l’entreprise, ce sont les dispositions légales prévues aux articles L. 3141-23 du Code du travail qui s’appliquent.

L’utilisation par l’employeur de ces possibilités de fixation ou de modification dérogatoires des jours de congés ne remettent pas en cause le droit de chaque salarié relevant de la branche de la métallurgie à bénéficier d’une période de congé d’au moins deux semaines au cours de la période légale de prise, soit entre le 1er mai 2020 et le 31 octobre 2020.

Les partenaires sociaux ont introduit une disposition qui a pour objet d’inciter les entreprises à veiller à ce que les salariés puissent prendre un congé au cours de la période estivale à venir. Cette disposition a non seulement pour objectif de leur permettre de bénéficier d’une période effective de repos en famille, mais a également vocation à permettre au salarié proche aidant, au sens de l’article L. 3142-16 du code du Travail, d’avoir du temps à consacrer à son proche .

La période de prise des congés payés fixés ou modifiés selon les modalités dérogatoires de l’accord national prend fin au 31 octobre 2020.

Une information individuelle des salariés doit être effectuée. Tenant compte des circonstances particulièrement exceptionnelles, l’accord national prévoit que cette information peut se faire par tout moyen pourvu qu’elle permette d’assurer une information individuelle du ou des salariés concernés par la mesure dans le respect du délai de prévenance applicable .

Il est donc possible d’informer les salariés par tout moyen, que ce soit par affichage si l’activité est maintenue, par mail avec accusé de réception, par sms etc. Il est toutefois déconseillé d’utiliser le courrier avec accusé de réception (LRAR) car, compte tenu du fonctionnement perturbé de La Poste, le délai d’information d’un jour franc (et de 2 jours ouvrés, ou à partir en principe du 11 mai 2020, 5 jours ouvrés en application de l’accord de branche) risque de varier selon les salariés, en fonction de la date de réception du courrier par chacun d’eux. Les mails et les sms peuvent être privilégiés en pratique, dans le respect des règles relatives à la protection des données personnelles des salariés.

Lorsque l’employeur entend mettre en œuvre les dispositions dudit accord il en informe les représentants du personnel par tout moyen et dans les meilleurs délais. Aucune consultation du CSE n’est requise. Selon nous, les ordonnances permettent de déroger à toutes les règles usuelles en la matière. Cela permet, compte tenu de la situation particulièrement exceptionnelle, de pouvoir agir dans des délais restreints.

L’accord national du 3 avril 2020 est entré en vigueur le 24 avril 2020 pour les entreprises adhérentes et cela, pour une durée déterminée allant jusqu’au 31 octobre 2020.

Une clause de rendez-vous est introduite dans l’accord national. Les signataires devront se rencontrer dans le mois suivant l’échéance du terme de l’état d’urgence sanitaire en vue d’assurer le suivi de l’accord et de discuter des éventuels ajustements qui pourraient lui être apportés.

 

CONTACTS

Service Juridique et SSEE


0299874287