Actualités du réseau Développement industriel

Accueil > La transformation d’ARINOX

La transformation d’ARINOX

DEVENIR PLUS EFFICACE POUR MIEUX GRANDIR

Avant d’accélérer la croissance de la chaudronnerie qu’il dirige, Yannick Foucher a pris le temps d’analyser son activité et d’améliorer l’organisation de la PME. Les premiers résultats sont visibles mais le chantier ne fait que commencer. Avec une société en croissance depuis six ans, Yannick Foucher, le gérant d’Arinox, s’est fixé un cap : atteindre 3 millions d’euros de chiffre d’affaires dans les années à venir. Soit une augmentation d’un tiers de l’activité. Une marche importante pour cette chaudronnerie de 25 personnes positionnée sur les secteurs de l’agroalimentaire (50 %), du pharmaceutique/médical (30 %) et de l’agencement (20 %). Spécialisée dans la fabrication d’équipements sur mesure, voire de « moutons à cinq pattes » (machines spéciales, passerelles, convoyeurs, mobiliers inox de rangement…), Arinox conçoit et produit principalement des prototypes ou des petites séries, à base d’inox essentiellement en intégrant électricité, automatisme… « J’avais alors deux solutions, explique le dirigeant. Soit j’allais chercher plus de commandes en ajoutant des hommes et des machines, soit je prenais le temps de faire venir quelqu’un d’extérieur pour déterminer ce que l’on fait de bien et ce qui peut être amélioré et optimisé. » Il a opté pour la deuxième solution. Via l’UIMM 35-56 et le programme Breizh Fab, un consultant est venu en juin pour établir un diagnostic. « Je lui ai expliqué mon projet et nous avons regardé ensemble comment nous pouvions travailler mieux : en identifiant les tâches inutiles, celles qui peuvent être automatisées, les doublons… »

Dématérialisation

Sept axes d’amélioration ont été relevés, dont deux pouvant être réalisés en interne et quatre nécessitant des compétences extérieures. Premier objectif : migrer la gestion manuelle du stock de composants vers un magasin informatisé (articles référencés) en lien avec l’ERP (logiciel de gestion de la production). Et ce, afin de maîtriser l’approvisionnement et anticiper les éventuelles ruptures. « Le stock était dispersé sur 160 m², les techniciens passaient un temps fou à trouver ce dont ils avaient besoin », raconte Yannick Foucher. Un poste de préparateur a été créé, le magasin a été trié, ordonnancé sur 40 m² et le stock est dorénavant géré par un système de codes-barres. La nouvelle organisation est en phase de test depuis février. La prochaine étape touche la dématérialisation des différentes procédures au sein de la chaudronnerie. « Nous avons un ERP qui est bien dimensionné à la taille de notre structure, mais nous n’utilisons pas toutes ses capacités », pointe le dirigeant. Qui avoue ne pas avoir anticipé « le temps nécessaire pour mettre ces procédures en place. Il faut aussi accepter de se remettre en question afin d’avancer ».

Management de projet

Arinox se donne le temps d’assimiler ces changements avant d’attaquer le prochain chantier, qui nécessitera la venue d’un consultant extérieur : la gestion de la production par projet. La démarche a déjà été enclenchée. « Les personnes qui fabriquent sont impliquées de plus en plus tôt dans les projets, explique Yannick Foucher. Ils doivent respecter le nombre d’heures dédiées et prévenir le chef d’atelier quand ils ont besoin de renfort. » Un mode de management rendu nécessaire par la croissance de l’activité. « Auparavant, nous avions quelques affaires de plus de 10 000 euros par an. Aujourd’hui, Arinox en traite plusieurs dizaines. Soit tout repose sur les épaules du chef d’atelier, soit on fait monter en compétences certaines personnes. » En parallèle, pour toucher de nouveaux clients, Yannick Foucher mise sur une communication plus active, alors que jusque-là le bouche-à-oreille suffisait. Site internet, référencement, réseaux sociaux et bâtiment refait à neuf il y a deux ans font partie de cette stratégie. Enfin, depuis un an, Arinox s’intéresse de plus près à l’ergonomie des produits qu’elle conçoit afin qu’ils soient davantage adaptés aux contraintes de pénibilité, de bien-être et de confort au travail.

Comme pour Arinox, nous faisons un état des lieux de l’entreprise avec le dirigeant et accompagnons votre transformation sur vos champs prioritaires (Réflexion stratégique, développement technologique, commerciale, organisationnelle, productif, nouveau produit/service/expérience…)

CONTACTS

Christophe OGER

Chargé de mission Développement industriel - Innovation

02 99 87 42 87

Odile SCHMIEDER

Chargée de relations entreprises

0299874287